Un Clic = Plus Grand

Nicolas BIKIALO est maintenant un compositeur de musique de film, il a par exemple composé la musique des deux dernier film d'Olivier Mégaton, "Exit" et "La sirène rouge" sortie le 21 août 2002, cliquez sur la pochette pour écouter les extraits du CD de la bande originale du film pour lequel il a composé 14 titres.
Aux dernières nouvelles Nicolas Bikialo travaille à Paris, dans la librairie du cinéma MK2 Bibliothèque.

Visitez également une mini-gallerie de Nicolas en compagnie de Philippe Vasseur (José) sur les pistes.

Biographie

Vous allez découvrir Christophe (Nicolas Bikialo), un grand brun aux yeux noirs qui connaît Cricri depuis l'enfance. A la ville comme à l'écran, Nicolas est musicien et répète dans un garage en attendant la consécration.

Nicolas est né le 21 mai 1973, il a une grande soeur prénommée Alexandra. Son père est un des musiciens qui accompagne Francis Cabrel, donc ce n'est pas étonnant si Nicolas est un fanatique de musique, spécialement "trash hard fusion".

Il entamait tranquillement une première année de fac d'histoire quand une de ses amies lui a suggéré de se présenter à un casting pour se faire de l'argent de poche. "J'y suis allé dans l'idée de faire de la figuration, raconte Nicolas Bikialo, et on m'a proposé un rôle dans "Le miel et les abeilles"". Vous vous rappelez de Gueule d'amour, ce rocker à l'oeil de velours qui faisait craquer Lola ? C'était lui. "J'ai eu un peu peur et je me suis trouvé mauvais. Mais j'avais adoré tourner !"
Comme, paraît-il, ce genre de chance n'arrive qu'une fois, Nicolas avait réintégré la fac, relégant son expérience au rang des bons souvenirs. "Au bout d'un mois, on m'a rappelé pour me proposer de jouer Christophe, l'ami d'enfance de Cricri.
Dans le groupe, je suis deuxième clavier et je remplace Christian à la batterie quand il n'est pas là.
"

 

Chez lui, il arrive à Nicolas de jouer quelques blues sur le piano du salon. Mais il commence vraiment à s'animer quand il s'installe dans son garage à lui, pour répéter avec son groupe à lui. Dès qu'il a des baguettes dans les mains, il se déchaîne à la batterie."J'ai étudié le piano classique pendant huit ans et depuis trois ans, je travaille la batterie. Avec des copains, nous avons créé un groupe de hard fusion, inspiré de "Pantera" ou "Rage against thé machine". Ça balance !"
La musique, c'est une passion qu'il tient de son père, pianiste. "Dès la première note, je disjoncte ! A partir d'une chanson ou d'un rythme, j'imagine plein de choses. J'ai même fait le remake de François le bossu. Il faut dire que la comtesse de Ségur est l'un de mes auteurs favoris, avec Stephen King. L'une pour la pureté, l'autre pour la violence".
Marginal et romantique
Dès que la musique s'arrête, Nicolas redevient un grand calme, qui va rarement en boîte "on n'y passe pas la musique que j'aime", préfère les soirées entre amis et les barbecues dans le jardin de Philippe Vasseur (José). "En fait, malgré mon style "hardeux" - amateur de hard -, je suis quelqu'un de très cool. J'aime par-dessus tout les discussions tranquilles, les rapports avec les gens et le respect d'autrui."

Christophe émite Hélène :)Eternel rêveur, Nicolas est tout en contrastes. Amateur de polars violents et de concerts musclés, il ne porte que du noir et oublie volontiers de se raser. Mais sous une apparence assez marginale se cache une âme de romantique.
"Sans être un tombeur, j'aime les femmes. Quand je suis amoureux, j'adore que l'on regarde mon amie dans la rue. Et j'ai tendance à marcher un peu en retrait pour le plaisir de l'admirer. Je voudrais vivre quelque chose à long terme avec une fille, en faisant tout pour que ça reste passionné". Il avoue une grande tolérance, "sauf envers moi-même" et un goût immodéré pour la banlieue, moitié ville, moitié campagne. Pas trop loin des trépidations parisiennes, mais assez calme pour y mener une vie simple. Cuisine rapide, à base de pâtes, riz complet ou purée, "un reste de mon enfance où je me préparais moi-même mes repas quand mes parents travaillaient" et juste ce qu'il faut de sport pour s'entretenir : du squash et du vélo sans oublier le banc de musculation qui trône dans le garage du groupe.

Encore hésitant sur son avenir, Nicolas est au moins sûr d'une chose : il fera un métier artistique. Aujourd'hui, tiraillé entre l'amour de la musique et le plaisir de jouer, il n'a pas encore fait son choix. "Si mon groupe marchait, ce serait le rêve : faire des concerts et un jour me retrouver au Zénith, ma salle préférée !
Mais j'aimerais beaucoup continuer à jouer la comédie. Avoir un rôle dans la série, c'est une opportunité formidable. C'est purement magique. Si on me le propose, je suis prêt à en faire mon métier. J'aimerais pouvoir jouer un rôle de dingue dans le genre de Jack Nicholson, ou comme dans "Hit-cher", mon film culte. Même si je doute souvent de moi, je me sens prêt à m'investir à fond
".

Ce texte est extrait du Télé Club Plus d'aout 1993.

 

Un Clic = plus grand         Un Clic = plus grand

www.starsab.fr.st